Remarquable ou inaperçu – des personnages in situ à l’échelle un

Remarquable ou inaperçu – des personnages in situ à l’échelle un
Remarquable ou inaperçu – des personnages in situ à l’échelle un

Aujourd’hui je vous présente les réalisations de fin d’année des 3°. Il s’agissait d’un travail en groupe. Partant d’une technique de moulage en scotch, j’ai proposé aux élèves de réfléchir in situ, c’est-à-dire de penser un projet en fonction d’un lieu dans l’établissement. Après une réflexion individuelle, la classe a voté pour l’idée la plus remarquable ou inaperçu, comme l’indiquait l’intitulé du sujet.

Voici quelques projets en image qui ont faits leur petit effet dans le collège étant donné leur intégration au lieu.

“Dématérialisation”

Les élèves ont décidé d’installer leur personnage au-dessus de la porte de la classe d’arts plastiques, une partie à l’intérieur, une partie à l’extérieur, donnant sur le couloir. Le projet a évolué de l’idée 1ere qui était de faire plonger le personnage du haut du bâtiment. L’intention de lui faire traverser le mur est arrivée au moment de l’installation. La proposition est reconnue comme remarquable par sa position, sa situation géographique et son matériau de constitution.

sculpture-scotch_1

« Dématérialisation » installation 3°, photographie ©Michel J.

sculpture-scotch_dematerialisation_2

« Dématérialisation » installation 3°, photographie ©Michel J.

sculpture-scotch_dematerialisation_3

« Dématérialisation » installation 3°, photographie ©Michel J. (Si vos yeux peuvent faire abstraction de la tâche d’humidité au plafond, c’est mieux J)

sculpture-scotch_dematerialisation_4

« Dématérialisation » installation 3°, photographie ©Michel J.

« Super héros »

Entre le nageur des airs et le vol du super héros, celui-ci survole la salle. Il manque un pantalon ! Oh ! Ce qui le rend aussi remarquable…

sculpture-scotch_super-heros_6

« Super héros » installation 3°, photographie ©Michel J.

« Bouddha »

Le Bouddha est remarquable disent les élèves, même en tenant compte de sa translucidité. Comme les photographies le montrent l’installation s’est faite dans la cage d’escalier, profitant d’un espace privilégié de visibilité.

sculpture-scotch_bouddha_8

« Bouddha » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_bouddha_9

« Bouddha » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_bouddha_10 sculpture-scotch_bouddha_11

« Bouddha » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_bouddha_12

« Bouddha » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_bouddha_13

« Bouddha » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_bouddha_14

« Bouddha » installation 3°, photographie ©S. Ladic

« Suspendu »

sculpture-scotch_suspendu_15

« Suspendu » installation 3°, photographie ©S. Ladic

Le suspendu à fait son petit effet. L’impact du 1er regard est un coup de peur. Chacun croyant qu’un élève est en train de se suspendre dans le vide. Le côté inaperçu est donné par les vêtements avec lesquels ils l’ont accoutré. A noter aussi que les pieds dépassent dans le vide et se voient à la descente.

sculpture-scotch_suspendu_16

« Suspendu » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_suspendu_17

« Suspendu » installation 3°, photographie ©S. Ladic

« La main »

Un petit groupe a réalisé juste le moulage d’une main. Le tout était de trouver un lieu d’installation qui face suffisamment de sens. Résultat : le dessus de la porte a été la situation décidée, en direction du couloir de circulation. A la fois discret, inaperçu par sa teinte qui se fond sur le mur, à la fois remarquable, une fois repéré. Le jeu impacte vite les spectateurs qui passent sous la main par la porte afin de recevoir une supposée bénédiction.

sculpture-scotch_main_18

« La main » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_main_19

« La main » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_main_20

« Suspendu » installation 3°, photographie ©S. Ladic

sculpture-scotch_main_21   sculpture-scotch_main_22

« La main » installation 3°, photographie ©S. Ladic

 

« Personne et tout le monde »

« Personne et tout le monde » est un personnage totalement vêtu, avec des chaussures et un journal. Il est assis sur un banc. Les élèves et les surveillants l’ont déplacé d’un banc intérieur à celui de l’extérieur, selon l’humeur, selon le temps. Celui-ci est inaperçu ; un quidam assis lisant son journal, une capuche sur la tête. Choc assuré lorsqu’on se rend compte qu’il est factice.

Pas de photo pour le moment, à moins qu’un de mes élèves en ait ?

 

Chaque groupe a su utiliser l’espace de l’établissement pour faire résonner son projet in situ. Le travail a suscité un réel engouement de la part des 3° et a su impacter les spectateurs de façon efficace.

 

Dans quelques jours je posterai la fiche de cours pour les enseignants d’arts plastiques désireux de comprendre la structure d’un tel projet en cours ou tout simplement pour ceux qui souhaitent s’en inspirer. Je vous expliquerai aussi le « comment faire ».

En attendant bonne semaine !

Remerciements à mon collègue Michel J., auteur de certaines photographies.

S. Ladic

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :

Envoyez cet article à vos amis. Partagez !

7 Responses »

  1. GÉNIAL J attends la suite sur comment faire et je vais me l’approprier pour mes nouveaux 3 ça à l’air canon! Je suis sûre qu’ils vont adorer.

  2. Pingback: Remarquable ou inaperçu – des pers...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *