La guerre des post it déclarée dans le collège

La guerre des post it déclarée dans le collège
La guerre des post it déclarée dans le collège

Pour faire suite à l’article précédent sur les pixels dans l’histoire des arts (Part.1 et Part.2), je ressors de mes archives un document datant de 2011 qui vaut la peine d’être repartagé. Il s’agit d’un concours qui avait mobilisé les deux établissements dans lesquels je sévissais (un me supporte toujours… ).

Ce billet vous propose l’explication du déroulement de “la guerre des post it”, une vidéo des résultats, les références possibles au champ artistique et un regard sur les pratiques.

Le titre était jeté : « La guerre des post it ». A partir de là s’engage une véritable émulation entre classes. C’était la guerre par l’art ! A qui ferait l’installation la plus impressionnante.

clip_image001

Les fenêtres des classes s’animent de scènes en post it, photo S. Ladic

Déroulé du projet

Pour support : les fenêtres, mais en fonction du temps impartit, les murs pouvaient aussi être investis.

En amont, chacun a listé des idées pour le projet de classe et a fait des croquis rapides. Puis lors du partage, la meilleure idée a été sélectionnée ce qui a amené de nouveaux croquis.

Chaque classe a eu entre 45 minutes pour un collège, à 1 heure 30 pour l’autre, de réalisation collective. Certaines ont décidé découper les papiers pour plus de réalisme.

Toute l’équipe éducative a été sollicitée pour voter selon un critère d’évaluation.

Pour le collège Hamaskaïne, ce sont les 6emes qui l’ont emporté avec leur aquarium, même si la vision de New York des 5e a fait cas.

Pour le collège Saint Joseph Viala, ce sont les 3eB avec Peace and love, un char qui tire des fleurs qui aura le mérite de gagner la guerre par son message de paix. Un joli pied de nez…

Vidéo slide à visionner des réalisations des classes

Je vous recommande chaudement de visionner comment les post it ont été manipulés par les classes. Comment ces petits bouts de papier porteurs de mémoire, si nous considérons leur usage habituel de mémento, furent l’objet d’une installation éphémère ; une mémoire fugace remise à jour par ce slide

Enfin, il est à remarquer le rapport spatial de l’image réalisée et lisible en recto verso. Les productions sont visibles de l’intérieur des classes ainsi que de l’extérieur. Les jeux liés à la transparence et à la superposition suspendent un crocodile d’une marque célèbre (empreinte de la mode agissant sur les mentalités des élèves), au beau milieu des arbres presque ton sur ton, comme un système de camouflage. Des poissons volants d’un côté laissent transformer de l’autre la classe en aquarium géant. New York fondant des buildings aux bâtiments de la rue, superpose la lecture de l’ensemble. La technique aussi n’est pas sans rappeler les images numériques pixélisées ainsi que les jeux utilisés par les élèves.

Références artistiques

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’au moment où j’ai fait le sujet, le phénomène « guerre des post it » grandissait dans la ville de Paris. Un véritable engouement ! Pour vous resituer l’évènement, vous trouverez l’histoire dans le billet : Des pixels dans l’histoire de l’art – De la mosaïque au Pixel Art, voir la partie sur la « la guerre des post it». L’article en 2 parties saura largement alimenter vos propos…

Conclusion

Ce « matériau – support » a pour intérêt son côté informel, voire négligeable, finissant généralement à la poubelle après avoir servi. Il ne suscite pas la même appréhension que l’on pourrait avoir face à une « belle » feuille blanche.

Le post it à pour fonction principale d’être un outil « pense bête » d’un bureau, permettant de mettre en évidence une tâche à faire ou un mot clé, quelque chose à retenir. Ce petit mémo à l’avantage d’être interactif et évolutif par son système de collage et décollage et laisse place à la créativité.

Les réalisations s’ancrent dans une dimension très contemporaine rappelant les jeux vidéo et la définition des images numériques aux pixels apparents. De quoi questionner les liens et les différences entre les mondes réels et virtuels, aussi le lien à la mémoire et au temps, à l’espace…

© S. Ladic

Envoyez cet article à vos amis. Partagez !

5 Responses »

  1. Bonjour,
    C’est à chaque fois un régal visuel et intellectuel de voir vos conceptions de cours et les créations de vos élèves, bravo.

  2. Pingback: Des pixels dans l'histoire de l'art : du Pop Art aux pratiques contemporaines Part. 2

  3. Pingback: Des pixels dans l'histoire de l'art - De la mosaïque au Pixel Art - Part.1

  4. Merci Sylvia Ladic,
    Je découvre votre blog: curiosité, admiration et envie se succèdent.
    Merci pour tant de générosité….je transmets aux collègues.
    Bravo!
    Nadia Markovic, prof d’A.P à Toulouse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *