Comprendre les nouveaux programmes – zoom arts plastiques et histoire des arts

Comprendre les nouveaux programmes – zoom arts plastiques et histoire des arts
Comprendre les nouveaux programmes – zoom arts plastiques et histoire des arts

Voici les programmes qui sont à l’étude en ce qui concerne le cycle 2, 3 et 4, les calendriers et points clés. Nous en détacherons le volet arts plastiques et histoire des arts.

Télécharger le projet de programmes du cycle 2

Télécharger les annexes du projet de programme du cycle 2

Télécharger le projet de programmes du cycle 3 (jusqu’à la 6e)

Télécharger les annexes du projet de programme du cycle 3 (maths)

Télécharger le projet de programmes du cycle 4 (5e, 4e, 3e)

Télécharger les éléments explicatifs du projet de programmes du cycle 4

Source officielle : http://www.education.gouv.fr/cid87938/projets-de-programmes-pour-l-ecole-elementaire-et-le-college.html

Ces programmes constituent une première proposition qui sera retravaillée, ils sont actuellement en phase de consultation. C’est le moment de faire vos remontées à vos inspecteurs… Oui votre avis est primordial ! Voir lien en fin d’article pour donner votre avis.

Les points-clés du collège 2016

Extrait de http://www.education.gouv.fr/cid88073/mieux-apprendre-pour-mieux-reussir-les-points-cles-du-college-2016.html

7 rumeurs infondées :

college_desintox

Source : http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2015/05/03/desintox-la-reforme-du-college/

La réforme du collège 2016 en une infographie :

infographie_college_2016_418068.89

Permettre aux enseignants d’interagir davantage avec les élèves

College2016-temps-en-petits-groupes_413390

Renforcer l’enseignement des langues vivantes

College2016-renforcer-LV_413403

Créer des temps d’accompagnement personnalisé pour tous les élèves

College2016-temps-accompagnement-personnalise_413548

Préserver l’enseignement du latin et du grec

College2016-latin-et-grec_413554

Questions-réponses sur le collège 2016

Consultez le questions-réponses sur le collège 2016 proposé sur le site eduscol.education.fr

Collège : mieux apprendre pour mieux réussir

  • Renforcer l’acquisition des savoirs fondamentaux en combinant des apprentissages théoriques et pratiques
  • Tenir compte des spécificités de chaque élève pour permettre la réussite de tous
  • Donner aux collégiens de nouvelles compétences adaptées au monde actuel
  • Faire du collège un lieu d’épanouissement et de construction de la citoyenneté, une communauté où l’expérience individuelle et l’activité collective sont privilégiées
  • Mettre fin à la ghettoïsation des collèges

Le collège 2016 : faire réussir tous les élèves – Dossier de presse du 11 mars 2015

Le calendrier prévisionnel

Printemps 2015

  • · « Le collège en 2016 : mieux apprendre pour mieux réussir « 
  • · Adoption du socle commun de connaissances, de compétences et de culture
  • · Présentation du nouveau diplôme national du brevet
  • · Remise par le Conseil supérieur des programmes des propositions de programmes de l’école élémentaire et du collège
  • · Consultation sur les propositions de programmes de l’école élémentaire et du collège

Été 2015

  • · Adoption des nouveaux programmes de l’école élémentaire et du collège

Rentrée 2015

  • · Entrée en vigueur du nouveau programme de l’école maternelle
  • · Entrée en vigueur des programmes d’enseignement moral et civique

Rentrée 2016

  • · Entrée en vigueur de la réforme du collège
  • · Entrée en vigueur du socle commun de connaissances, de compétences et de culture
  • · Entrée en vigueur des nouveaux programmes de l’école élémentaire et du collège

Pour les Arts plastiques et visuels (extrait projet programme cycle 3)

L’enseignement des arts visuels se fonde sur la pratique, conçue dans une relation à la création artistique. Au cycle 3, comme dans le cycle précédent, l’élève découvre et manipule des langages artistiques et s’en saisit de manière inventive. Les liens entre production plastique et perception sensible, entre l’explicitation de la pratique et l’acquisition de connaissances et de références sont renforcés. Ce cycle affine ainsi le travail de construction d’un regard sensible et informé sur les pratiques, les démarches et les œuvres dans les différents domaines des arts visuels (dessin, peinture, sculpture, photographie, vidéo, installations, performances…).

Quatre grandes entrées organisent cet enseignement au cycle 3 :

La représentation ; la fabrication ; la matérialité ; la présentation. Elles sont explorées à partir de notions récurrentes (forme, espace, lumière, couleur, matière, corps, support, outil, temps), en mobilisant les pratiques graphiques et picturales, sculpturales et architecturales, de la photographie, de la vidéo et de la création numérique pour développer chez l’élève des habiletés à fabriquer, représenter, mener un projet et s’exprimer sur son travail ou sur une œuvre.

Tout au long de ce cycle l’élève est conduit à interroger l’efficacité des outils, des matériaux et des gestes au regard d’une intention, d’un projet. Il comprend que leur usage conventionnel peut s’enrichir d’une utilisation renouvelée, voire détournée. Il tire parti de ses expériences, identifie, nomme et choisit les moyens qu’il s’invente ou qu’il maîtrise. Il accorde, par ailleurs, une attention particulière à l’observation des effets produits par les diverses modalités de présentation des productions plastiques, développant ainsi une plus grande attention au lieu et au spectateur.

projet cycle 3 arts plastiques et visuels

ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES, histoire des arts (extrait cycle 3)

L’enseignement obligatoire et transversal de l’histoire des arts contribue à donner à l’élève une culture artistique riche, équilibrée et réfléchie. Cette culture s’appuie sur l’appréhension sensible des œuvres et phénomènes artistiques ; elle est structurée par l’acquisition de repères issus des œuvres et courants artistiques majeurs et repose sur la fréquentation d’un patrimoine aussi bien savant que populaire ou traditionnel, aussi diversifié que possible. Constitutif du parcours d’éducation artistique et culturelle de l’élève, l’enseignement de l’histoire des arts associe la fréquentation des œuvres et l’appropriation de connaissances sans s’arrêter aux frontières traditionnelles des Beaux-Arts, de la musique, du théâtre, de la danse, de la littérature et du cinéma. Il intègre autant que possible l’ensemble des expressions artistiques du passé et du présent, savantes et populaires, occidentales et extra occidentales ; il s’appuie sur le patrimoine, tant local que national et international, en exploitant notamment les ressources numériques. Il s’enrichit de pratiques artistiques de tous ordres, notamment musicales et plastiques.

Les objectifs généraux de cet enseignement pour la formation de l’élève peuvent être regroupés en trois grands champs :

  • · des objectifs d’ordre esthétique, relevant d’une éducation de la sensibilité :
  • – se familiariser avec les lieux artistiques et patrimoniaux par une fréquentation la plus régulière possible, et par l’acquisition des codes sociaux associés;
  • – développer des attitudes, y compris une certaine qualité de concentration, qui permettent d’ouvrir sa sensibilité à l’œuvre d’art ;
  • – développer des liens entre rationalité et émotion ;
  • · des objectifs d’ordre méthodologique, qui relèvent de la compréhension de l’œuvre d’art :
  • – avoir conscience des interactions entre la forme artistique et les autres dimensions de l’œuvre (son matériau, sa fonction, sa charge symbolique) ;
  • – distinguer des types d’expression artistique, avec leurs particularités matérielles et formelles;
  • – établir des liens et distinctions fondés entre des œuvres diverses, de même époque ou d’époques différentes, d’aire culturelle commune ou différente ;
  • · des objectifs de connaissance destinés à donner à l’élève les repères qui construiront son autonomie d’amateur éclairé :
  • – connaître de grandes œuvres du patrimoine mondial, de l’Antiquité à nos jours;
  • – posséder des repères culturels liés à l’Histoire et à la géographie des civilisations, qui permettent une conscience des ruptures, des continuités et des circulations;
  • – maîtriser un vocabulaire adapté au niveau de l’élève permettant de réagir spontanément et personnellement à un phénomène artistique sur des bases raisonnées.

Durant les deux premières années du cycle 3, le professeur des écoles exerce sa polyvalence pour trouver les cadres et les moments les plus propres à la construction de cet enseignement et de ses objectifs. En classe de Sixième, l’enseignement de l’histoire des arts se fait dans le cadre de l’histoire, du français, de la géographie, des langues vivantes, des arts plastiques et de l’éducation musicale. L’éducation physique et sportive et les disciplines scientifiques et technologiques peuvent s’associer à des projets interdisciplinaires d’histoire des arts. La contribution du professeur documentaliste à ces projets est précieuse.

Dans le cadre de son parcours d’éducation artistique et culturelle, et notamment grâce aux enseignements et aux pratiques artistiques, l’élève a été amené au cours des cycles 1 et 2 à rencontrer des œuvres d’art ; à l’issue de ces cycles, il a développé une sensibilité aux langages artistiques. Il comprend des notions élémentaires propres à chaque champ d’expression artistique (par exemple : que l’architecture organise un espace ; que la peinture ou le théâtre peuvent représenter le réel ; que la musique peut chercher à exprimer un sentiment) ; il sait identifier et nommer quelques éléments constitutifs d’une œuvre d’art et, sur des bases simples, la comparer à d’autres. Il observe, écoute, et se conduit selon les codes appropriés dans des lieux d’art et de culture.

À la fin du cycle 3, l’élève aura acquis les éléments de lexique et de compréhension qui le rendront capable, devant une œuvre plastique ou musicale, face à un monument, un espace ou un objet artistiques, d’en proposer une description qui distingue les éléments :

  • · relevant d’une présence matérielle (matériaux, dimensions, fabrication) ;
  • · caractéristiques d’un langage formel ;
  • · indicateurs d’usages ou de sens.

Ainsi le cycle 3 construit-il les compétences qui permettront à l’élève, dans le courant du cycle 4, d’établir des interprétations et des rapprochements fondateurs d’une autonomie dans son rapport à l’art.

fin cycle 3 HDA

Pour les Arts plastiques et visuels (extrait projet programme cycle 4)

Préambule commun aux Arts plastiques et visuels et à l’Éducation musicale

Les enseignements d’arts plastiques et d’éducation musicale au cycle 4 poursuivent et approfondissent la formation artistique et culturelle initiée dans les cycles précédents. Fondés sur une articulation constante entre la pratique artistique et la référence aux œuvres, équilibrant l’approche sensible, l’analyse et le questionnement, ils occupent une place fondamentale dans le parcours d’éducation artistique et culturelle de chaque élève et contribuent à la réalisation des grands objectifs de formation fixés par le référentiel du parcours, dans les trois champs d’action constitutifs de l’éducation artistique et culturelle : rencontres, pratiques et connaissances. Dans le cadre du parcours, ces deux enseignements concourent obligatoirement à l’enseignement transversal de l’histoire des arts en permettant l’acquisition de connaissances et de repères sur les œuvres et courants artistiques majeurs et patrimoniaux dans les champs de la musique et des arts plastiques, et en incluant ces repères dans une réflexion problématisée sur les œuvres du passé et du présent. Ils s’enrichissent du travail concerté avec les structures et partenaires culturels.

En étudiant la diversité des langages artistiques dans les champs des arts plastiques et de la musique, les élèves développent leur capacité d’expression et leur sensibilité à la création d’hier et d’aujourd’hui. Les enseignements d’arts plastiques et d’éducation musicale stimulent leur intelligence sensible et leur apportent, dans le cadre de la scolarité obligatoire, des repères et outils pour s’orienter dans les sociétés contemporaines et s’ouvrir aux formes d’expression artistique qu’elles développent. Par les situations d’enseignement mises en place, arts plastiques et éducation musicale ancrent progressivement les éléments fondamentaux d’une culture artistique dans des expériences collectives et individuelles de créations et de rencontres avec l’art et donnent plus largement accès à la compréhension des univers du visuel et du sonore. Ces enseignements mobilisent le travail collectif autant qu’ils développent des capacités d’expression plastique ou musicale tournées vers autrui. À travers les compétences développées et les connaissances travaillées, par le questionnement au croisement d’une pluralité de domaines d’expression artistique et de champs disciplinaires, par l’étude du fait artistique dans sa complexité et dans sa richesse contextuelle, arts plastiques et éducation musicale sont propices au dialogue avec les autres enseignements dans une visée partagée de construction d’une culture humaniste.

Arts plastiques et visuels

L’enseignement des arts plastiques se fonde sur la pratique plastique dans une relation à la création artistique. Privilégiant la démarche exploratoire, il fait constamment interagir action et réflexion sur les questions que posent les processus de création, liant ainsi production artistique et perception sensible, explicitation et acquisition de connaissances et de références. Il s’appuie sur un ensemble de notions toujours au cœur des processus de création, sollicite la diversité des pratiques et ouvre sur une pluralité de domaines (dessin, peinture, sculpture, photographie, vidéo, architecture, création numérique, performance…). Il offre les moyens de porter un regard informé sur l’art (expérience critique et connaissance de démarches et d’œuvres) et sur les univers visuels auxquels il renvoie (artistiques et non artistiques).

Dans une logique d’approfondissement et d’enrichissement des acquis, le cycle 4 poursuit l’investigation des questions fondamentales abordées dans les cycles précédents (représentation, fabrication, matérialité, présentation) en introduisant trois nouvelles questions dont les contenus et interactions sont plus complexes : représentation, réalité, fiction ; œuvre, espace, auteur, spectateur ; processus de création, matérialité, objet.

Les contenus disciplinaires sont développés dans une complexité croissante ; les situations d’apprentissage mises en place par le professeur l’engagent à exercer sa responsabilité pour déterminer et rendre opérantes les progressions dans une logique d’approfondissements successifs des questions travaillées et des problématiques qu’elles convoquent. Tout au long du cycle et à travers chacune des entrées du programme, les évolutions des arts plastiques à l’ère du numérique sont progressivement abordées par la pratique et les repères culturels.

Les expériences menées et les connaissances acquises en arts plastiques sont réinvesties et mises en écho avec des champs artistiques connexes. Cette approche permet notamment de sensibiliser les élèves au fait architectural. En lien avec les projets engagés au sein de l’établissement scolaire, le travail avec des partenaires (internes ou externes) et avec les services éducatifs des structures est encouragé.

Dans ce cycle, une attention particulière est portée au projet de l’élève. Il développe encore davantage sa capacité à construire des réponses reposant sur son initiative et les choix autonomes qu’il fait dans une intention à visée artistique.   Conçue avec l’exigence d’être explicite, l’évaluation doit permettre à l’élève de se situer pour progresser à tout moment de ses apprentissages, notamment par l’autoévaluation. Essentiellement formative, elle est fondée sur l’observation de sa pratique (production et attitudes). La confrontation des productions et l’explicitation individuelle et collective des intentions par la mise en mots (verbalisation, recours à l’écrit) constituent l’une des modalités essentielles de l’évaluation dans cette discipline.

projet cycle 4 arts plastiques et visuels

Histoire des arts (extrait cycle 4)

Enseignement de culture artistique transversal et co‐disciplinaire, l’histoire des arts, au cycle 4, contribue à donner à tous les élèves une conscience commune, celle d’appartenir à une histoire des cultures et des civilisations, inscrite dans les œuvres d’art de l’humanité. L’enseignement de l’histoire des arts travaille à en révéler le sens, la beauté, la diversité et l’universalité. L’histoire des arts est enseignée dans le cadre :

  • · de l’histoire et de la géographie, non comme illustration ou documentation de faits historiques mais comme une dimension d’histoire et de géographie culturelles, par l’étude périodisée des circulations, des techniques, des sensibilités et des modes de vie ;
  • · du français, en s’appuyant particulièrement sur l’étude de grands textes littéraires, poétiques, critiques et dramatiques, avec leurs transpositions cinématographiques ou leur mise en spectacle ;
  • · des langues vivantes, dont elle enrichit à la fois la dimension culturelle et le lexique de la description, des couleurs, des formes, des techniques et des émotions;
  • · des enseignements artistiques, en s’appuyant sur les pratiques artistiques.

Y prennent part, autant que possible, les disciplines scientifiques (mathématiques, physique‐chimie, sciences de la vie et de la Terre) et la technologie ainsi que l’éducation physique et sportive. La participation du professeur documentaliste est précieuse pour susciter et accompagner une dynamique de projets, en particulier dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires.

L’histoire des arts contribue au parcours d’éducation artistique et culturelle des élèves et concourt aux objectifs de formation fixés par le référentiel de ce parcours.

L’enseignement est construit sur l’ensemble du cycle par une équipe pédagogique pluridisciplinaire qui s’appuie, en concertation, sur les volets 3 du programme du cycle, et particulièrement sur le présent volet. Il fait rencontrer à l’élève un corpus d’œuvres de types divers, sans se borner au domaine des « beaux‐arts » étendu à la musique ou au théâtre classiques, sans non plus se tourner exclusivement vers des formes contemporaines ou populaires. Un monument ou un ensemble relevant de l’urbanisme, un espace relevant du patrimoine rural ou industriel, un objet de design ou d’artisanat sont autant d’objets d’étude possibles. Le professeur peut avoir recours à des textes littéraires de types variés, y compris à des écrits d’artistes ou relevant de la critique. Des partenariats, en particulier celui des structures muséales et patrimoniales, permettent à l’élève de rencontrer des acteurs des métiers d’art et de la culture et de fréquenter des lieux de culture (conservation, production, diffusion). Ces partenariats facilitent l’élaboration de projets inscrits dans le parcours d’éducation artistique et culturelle des élèves.

Les enseignements pratiques interdisciplinaires offrent un cadre particulièrement propice au travail collectif autour d’objets communs, en lien avec les thématiques du programme d’histoire des arts. Les objectifs généraux de cet enseignement pour la formation de l’élève peuvent être regroupés en trois grands champs :

  • · des objectifs d’ordre esthétique, relevant d’une éducation de la sensibilité : ‐ se familiariser avec les lieux artistiques et patrimoniaux par une fréquentation la plus régulière possible, et par l’acquisition des codes associés; ‐ développer des attitudes, y compris une certaine qualité d’attention, qui permettent d’ouvrir sa sensibilité à l’œuvre d’art; ‐ développer des liens entre rationalité et émotion ;
  • · des objectifs d’ordre méthodologique, qui relèvent de la compréhension de l’œuvre d’art : ‐ avoir conscience des interactions entre la forme artistique et les autres dimensions de l’œuvre (son format, son matériau, sa fonction, sa charge symbolique) ; ‐ distinguer des types d’expression artistique, avec leurs particularités matérielles et formelles, leur rapport au temps et à l’espace ; établir ainsi des liens et distinctions entre des œuvres diverses, de même époque ou d’époques différentes, d’aire culturelle commune ou différente ; ‐ comprendre la différence entre la présence d’une œuvre, le contact avec elle, et l’image que donne d’elle une reproduction, une captation ou un enregistrement.
  • · des objectifs de connaissance destinés à donner à l’élève les repères qui construiront son autonomie d’amateur éclairé : ‐ connaître une sélection d’œuvres emblématiques du patrimoine mondial, de l’Antiquité à nos jours, comprendre leur genèse, leurs codes, leur réception, et pourquoi elles continuent à nous parler; ‐ posséder des repères culturels liés à l’histoire et à la géographie des civilisations, qui permettent une conscience des ruptures, des continuités et des circulations; ‐ maîtriser un vocabulaire permettant de s’exprimer spontanément et personnellement sur des bases raisonnées.

L’enseignement de l’histoire des arts, qui contribue à ouvrir l’élève au monde, ne se limite pas à la tradition occidentale savante et s’intéresse à l’ensemble des champs artistiques:

  • · le champ classique des « Beaux‐Arts » : architecture, peinture, sculpture, dessin, gravure ;
  • · la musique, le théâtre, l’opéra et la danse, le cirque et la marionnette ;
  • · la photographie et le cinéma ;
  • · les arts décoratifs et appliqués, le vêtement, le design et les métiers d’art, l’affiche, la publicité, la caricature…;
  • · la poésie, l’éloquence, la littérature ;
  • · les genres hybrides ou éphémères apparus et développés aux XXe et XXIe siècle : bande dessinée, performance, vidéo, installation, arts de la rue etc…

Au cours du cycle 3, l’élève a appris à observer et décrire ces objets d’étude dans des termes appropriés à leur champ artistique et à leur langage formel ; il sait les relier à des usages et en dégage de premiers éléments de sens à partir de son observation et de son ressenti. Au cycle 4, l’élève prend véritablement conscience que les formes artistiques ne sont pas seulement belles, mais qu’elles sont signifiantes. Il comprend qu’elles participent de goûts et de courants de pensée inscrits dans une aire culturelle, c’est‐ à‐dire qu’elles prennent naissance dans une époque et un lieu situés au confluent de circulations, d’héritages et de ruptures dans le temps et dans l’espace, qu’elles expriment à chaque époque et dans chaque lieu une vision du monde, et qu’elles peuvent, réciproquement, influencer cette vision, c’est‐à‐dire agir sur leur temps.

À l’issue du cycle 4, l’élève aura pris connaissance de courants artistiques et mouvements culturels qui lui permettront de relier entre elles, de manière fondée, des œuvres contemporaines l’une de l’autre et issues de domaines artistiques différents. Ce savoir n’a pas pour objet l’érudition ; il développe chez l’élève le goût de contempler l’œuvre d’art, par l’appropriation de notions culturelles et artistiques qui traversent les disciplines, les périodes historiques et les aires géographiques. S’approprier ces notions éclairera sa fréquentation des expressions artistiques diverses qui rejoignent et expriment ses propres interrogations, et celles de la société où il évolue, sur sa présence au monde.

L’expérience esthétique et l’étude des œuvres sont à la source de la démarche pédagogique ; elles trouvent des débouchés problématiques autour de sept thématiques transversales où se croisent et se prolongent les volets disciplinaires du programme du cycle 4. Les projets développés en équipe pluridisciplinaire veillent tout particulièrement à relier ces thématiques à des rencontres et à des pratiques vécues par les élèves. Deux thématiques au moins sont traitées chaque année, en faisant en sorte que l’élève, à la fin de son cursus, ait bien travaillé sur au moins six des sept thématiques; différentes formes de suivi, en particulier numériques, pourront être utilisées à cet effet.

fin cycle 4 HDA

fin cycle 4 suite HDA

Donnez votre avis sur les programmes de l’école et du collège ainsi que sur le socle commun !

Du 11 mai au 12 juin rendez-vous sur le site suivant :

http://eduscol.education.fr/consultations-2014-2015/events/college/

Voir aussi :

Sylvia Ladic

Vous serez aussi peut-être intéressés par :

Envoyez cet article à vos amis. Partagez !

8 Responses »

  1. Merci pour cette synthèse!
    Vivement la réforme.
    Je n’arrive pas à y voir des points négatifs. Chaque « problème »évoqué par des collègues me semble juste une nouvelle façon de travailler que certains n’ont pas encore envisagés.

    Je suis juste déçu que les notes ne soient pas abolis en cycle 4 pour travailler par compétences.

    • Aure, Rien ne t’empêche de faire une évaluation par compétence. J’ai tenté ça sur un niveau avec 3 classes, j’avoue en revenir. C’est beaucoup de travail de mise en place, des bulletins à part de mes collègues plein de croix dans des cases, sauf pour l’appréciation que je note sur le bulletin commun. Et, les élèves de 6e sont dans le flou pendant un moment pour maîtriser leur autoévaluation étant donné le nombre de critères. J’imagine si tous les profs faisaient cela, le dossier qu’il faudrait envoyer chaque trimestre à la place d’un simple bulletin. Je n’ai plus ma feuille de notes de classe par trimestre mais une feuille par élèves (nous avons près de 600 élèves); imaginons le nombre de documents à gérer… J’ai peu de retour sur l’évaluation sans note en arts plastiques, peut-être d’autres pourront témoigner.
      Pour les programmes, comme le soulignait un internaute du forum de Max Flandrina, sur un cycle, comment savoir ce qui a été travaillé et acquis en cas de changement d’établissement de l’élève, dans le système tel qu’il est proposé ? Avant, un découpage clair : 6e l’objet, 5e oeuvre et fiction, 4e oeuvre et réalité, 3e espace et spectateur, avec les nouveaux programmes : cycle 4 on mélange 5e, 4e, 3e pour en faire un gros pack, débrouillez-vous pour la progression d’un établissement à l’autre. Sans un dossier individuel de l’élève, cela reste irrésolvable à moins d’accepter de prendre les programmes à la louche !; pas de détail.
      Il y aura aussi les préparations qui s’ajoutent pour le travail transdisciplinaire (EPI) et pour l’accompagnement personnalisé en plus de l’histoire des arts que vous intégrez dans vos cours et votre propre discipline. La transdisciplinarité c’est génial mais comme dans le cadre des IDD (itinéraires de découverte), il sagit de détacher des heures en plus pour la concrétisation de projets porteurs et satisfaisants. Les heures d’EPI sont prélevées sur les enseignements communs. Les 2 à 3h d’EPI hebdomadaires seront prélevées sur les disciplines impliquées dans chaque projet. Voir ici
      Quant au numérique, pourquoi ne pas créer une discipline informatique qui servirait à tous. En effet je vois le temps que je prends pour les rendus numériques qui est bien loin de celui que je passe devant un paquet de feuilles et le nombre de tutoriels pour ne pas perdre mes élèves. Pourtant j’aime ça le numérique, sinon je ne serais pas webmaster. Il faut maîtriser les plateformes de partage, la sécurité internet, les différents logiciels : retouche d’images, vidéo, diaporama de présentation, envois des documents nommés, mails… Chacun à sa sauce, ses outils dans chaque discipline. Un poste à part entière en quelque sorte qui servirait toutes les disciplines.
      Pour le socle commun, c’est bien de l’avoir intégré sur le tableau de cycle avec les connaissances et les situations d’apprentissage car il revenait aux enseignants d’en extraire lui-même ses intérêts… A suivre.

  2. Pingback: Arrêté du 19 mai 2015 : l'organisation des enseignements au collège

  3. Bonjour, merci pour ce récapitulatif. Personnellement je me noye dans cette réforme! Plus ça va et plus les termes employés sont obscurs. A croire que ce n’est plus une maîtrise mais un doctorat qu’il faudrait pour déchiffrer tout ça. Pourquoi faire simple quant on peut faire compliquer…
    Ce programme n’est pas envisageable dans les établissements où le prof est susceptible de changer chaque année (bloc de module provisoire), que dire pour les pauvres tzr… Ce n’est déjà pas évident de passer après un collègue mais si en plus le programme est dans un tel flou « artistique », je n’ose imaginer!
    Pour ce qui est du sans note je le vis depuis 2 ans. J’ai eu du mal à m’y mettre mais c’est encore plus dur pour les élèves. Au final c’est eux qui me tannent pour avoir une note ne serait ce que dite oralement. Le mieux reste un mélange des deux mais bon c’est le double du boulot. Et comment retranscrire en note les points verts et rouge, le pourcentage de réussite en fin de 3eme? Car étrangement sur sacoche en mettant sur un même trimestre les mêmes points verts et rouges aux mêmes compétences à deux élèves le pourcentage diffère! Du coup pour les 3eme ils prévoient de faire des contrôles notés… au final ce sera plus proche des partiels que du contrôle continu!
    Et que dire des établissements qui songent à proposer en 4eme 2h de musique et pas d’arts plastiques et en 3eme 2h d’arts plastiques et pas de musique (ou inversement)?

    • Merci de ce témoignage Angel. En ce qui concerne le sans note, en 3e, pas le choix, il en faut. Brevet des collège exige. Pour les autres niveaux du collège c’est faisable. Je ne fonctionne pas avec des points de couleur mais par croix en fonction du niveau d’acquisition. Les élèves de 6e avec qui j’expérimente le sans notes ne m’en réclament pas. Je trouve qu’ils font pour le plaisir de faire mais pas pour la note. Pour ça je trouve que c’est positif.
      2 heures de musique ! Je ne pense pas que le programme soit à interpréter comme ça mais comme une possibilité de capitaliser les heures annuelles. Exemple : la moitié des classes sur la moitié de l’année et inversement pour la 2e moitié. Très discutable : car un apprentissage se fait au long cours par approfondissement. Que reste-t-il des gammes apprises 6 mois plus tôt ? Et si un élève manque un cours, ou le prof. dans le cas où l’on fonctionne par 2 h tous les 15 jours, il n’a pas AP pendant 1 mois ! Aussi 2 heures de cours sans rebondissements, rythmes propulsés par un travail en étape,, le temps peut paraître long, très long…

  4. Pingback: Collège | Pearltrees

  5. Pingback: Chimie-3ème | Pearltrees

  6. Pingback: Ressources disciplinaires | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *