Christo et Jeanne-Claude redéfinissent le paysage

Christo et Jeanne-Claude redéfinissent le paysage
Christo et Jeanne-Claude redéfinissent le paysage

Vous trouverez dans ce billet un panorama du travail du couple d’artistes communément appelé Christo. Leur vie, un parcours imagé de leurs principales réalisations et un résumé de leur démarches sauront vous donnez une meilleure compréhension de leur travail.

Ce billet se complète de trois autres pour les chercheurs et découvreurs que vous êtes : une analyse du Reichstag emballé (à venir), un sur le Land Art (courant d’appartenance des Christo malgré leurs revendications) et un autre sur un artiste du même courant artistique : Andy Goldsworthy.

Commençons par situer nos deux artistes.

Vie du couple d’artiste

Christo et Jeanne-Claude, communément Christo, est le nom d’artiste sous lequel est identifiée l’œuvre commune de Christo Vladimiroff Javacheff, né le 13 juin 1935 à Gabrovo en Bulgarie, et de Jeanne-Claude Denat de Guillebon, née également le13 juin 1935 à Casablanca au Maroc et morte le 18 novembre 2009 à New York.

Naturalisés américains, ils ont vécu à New York dans le quartier de SoHo.

Christo Javacheff se dit Bulgare macédonien d’origine tchèque. Son père possédait une usine de produits chimiques et sa mère était secrétaire générale de l’Académie des Beaux-Arts de Sofia jusqu’en 1931. Sa mère avait fui la Macédoine en 1913. La famille de Christo a beaucoup servi de refuge à des artistes et des amis fuyant les bombardements des villes par les Alliés. Au nombre des souvenirs d’enfance de Christo figurent aussi les corps de partisans exécutés dans les rues et l’entrée de l’Armée Rouge en Bulgarie en 1944. Le père de Christo a été harcelé et emprisonné par le nouveau régime communiste pour « sabotage ». On peut donc dire que l’enfance de Christo a été assez rude et qu’elle a sûrement eu un impact important sur l’artiste.

Très tôt il eut des contacts avec l’art. À l’âge de 6 ans, il fit des portraits de nombreuses femmes du village. En 1953, il débuta sa formation artistique aux Beaux Arts de Sofia où il étudia la peinture, la sculpture et l’architecture jusqu’en 1956. Il est chargé, par le pouvoir en place, d’aménager les abords du train Orient-Express pour donner aux passagers occidentaux une image riante de la Bulgarie. Cependant, en raison de la forte propagande du régime, seuls les vrais partisans du parti communiste pouvaient accéder au diplôme, ce que Christo n’était pas. En effet, Christo défiait le système en peignant des toiles allant à l’encontre de l’idéologie (comme des paysans se reposant). Il eut donc quelques ennuis avec le Réalisme Socialiste qui était la norme et qui imposait un traitement marxiste-léniniste des sujets comme du style. Il décide en 1956 de fuir à Vienne.

Ensuite, il s’installe à Paris en 1958. Pour vivre il fait des portraits à l’huile qu’il signe de son nom « Javacheff », c’est en livrant le portrait de l’épouse du général Jacques de Guillebon, directeur de l’École polytechnique, qu’il rencontre leur fille Jeanne-Claude, une « rousse flamboyante comme empaquetée d’un film plastique ».

clip_image002

Christo et Jeanne-Claude © Photo de Fred W. McDarrah

En 1963, il côtoie le groupe des nouveaux réalistes. Ses premières œuvres sont des peintures abstraites et des empaquetages d’objets (bouteilles, bidons, cartons, tables, etc.) ou de modèles vivants dans de la toile ou du plastique.

Jeanne-Claude Denat de Guillebon est française. Elle est née à Casablanca au Maroc le 13 juin 1935 — Christo et elle serait née le même jour à la même heure. Elle passe son baccalauréat de philosophie en 1952 à Tunis.

Leur rencontre en 1958, année qui marque le début de leur collaboration artistique. Christo est plutôt l’artiste, et Jeanne-Claude l’organisatrice : « Les réalisations destinées à l’extérieur sont signées par Christo et Jeanne-Claude, les dessins par Christo ».

Après avoir émigré aux États-Unis en 1964 et s’être installés à New York, ils commencent à réaliser des projets de grande envergure, intervenant de façon directe et éphémère sur des édifices, des monuments ou des paysages entiers.

Jeanne-Claude est morte en novembre 2009, à New York, des suites d’une rupture d’anévrisme.

Réalisations majeures

Iron Curtain (rideau de fer) – Mur de Barils de Pétrole.

clip_image003

Christo, Iron Curtain (rideau de fer) – Mur de Barils de Pétrole, 1961

Le 13 août 1961, fut érigé le Mur de Berlin par le régime communiste. Apatride, sans passeport et lui-même réfugié d’un pays communiste de Berlin-Est, Christo fut très affecté et révolté par cette décision est-allemande. Rentrant de Cologne à Paris, en octobre 1961, ils préparèrent sa riposte personnelle. Ce fut le Mur de Barils de Pétrole – Le Rideau de Fer.

Ils proposèrent de barrer la rue Visconti, une toute petite rue de la Rive gauche, avec 240 barils de pétrole et préparèrent un descriptif détaillé du projet. Cette phase de mise au point d’un dossier de présentation écrit, accompagné de photocollages et de plans logistiques, se fera de plus en plus complexe au cours des mois et au fur et à mesure que les projets deviendront plus exigeants et ambitieux. Mais les objectifs sont restés pour l’essentiel les mêmes : obtenir les autorisations des autorités concernées et, comme l’ont noté les commentateurs, inciter les critiques à intégrer l’évaluation esthétique dans l’examen de données techniques, sociales et environnementales.

Dans le cas du Mur de Barils de Pétrole – Le Rideau de Fer, ce dossier manqua son but principal puisque la permission fut refusée. Des années plus tard, à New York, les Christo proposeront de fermer la 53ème rue avec 441 barils pour marquer la fin de l’exposition sur Dada et le Surréalisme du Museum of Modern Art, le 8 juin 1968. Là encore, ils manquèrent de chance et plusieurs autorités municipales leur refusèrent les autorisations nécessaires.

Les deux artistes se remirent au projet du Mur de Barils de Pétrole – Le Rideau de Fer en se passant d’autorisation. Huit heures de suite, le 27 juin 1962, ils bloquèrent la rue Visconti, où avaient habité Racine, Delacroix et Balzac, avec 240 barils de pétrole que Christo avait lui-même transportés un par un. L’armée d’aides professionnels ou amateurs, qui allait accompagner tous les grands projets des années futures, se fit remarquer ce jour-là par son absence.
La barricade de 4,3 x 3,8 x m bloquait la circulation comme prévu et les barils étaient dans l’état où ils avaient été trouvés, avec leurs couleurs industrielles, leurs marques, leur rouille.

Les deux artistes furent emmenés au commissariat de police pour répondre du délit d’obstruction, mais ils ne furent pas poursuivis. Il n’est pas certain que les passants comprirent que cette barricade avait un rapport avec le mur de Berlin. De nombreuses manifestations à Paris avaient lieu à cette époque pour protester contre la guerre d’Algérie et l’autorisation avait été refusée car les autorités avaient peut-être craint que le geste de l’artiste n’aille dans ce sens. Mais ils avaient néanmoins réussi à faire descendre l’art dans la rue, à se servir d’une rue, de barils de pétrole et même de la présence des passants pour créer une œuvre temporaire.

Avec cette œuvre, les Christo font descendre l’art dans la rue en se servant de barils de pétrole et de la présence des passants même s’ils n’ont pas tous compris le message de l’œuvre. Cette nouveauté dans l’art et l’insistance sur le caractère temporaire ont toujours été fondamentales dans l’approche artistique des Christo. Cependant, selon les périodes, les Christo ont donné des explications différentes sur leurs motivations (protestation contre la société de consommation, message d’alarme sur un France coupée en deux, simple installation artistique de bidons…).

Valley Curtain (1970-1972)

Un rideau safran barre une vallée californienne dans l’État du Colorado.

clip_image004

Ce projet commencé en 1970 s’est enfin réalisé le 10 août 1972 avec un groupe de 35 ouvriers et de 64 intérimaires dont beaucoup d’étudiants en art, de collégiens. C’est un rideau de 13 000 mètres carrés de nylon tissé orange, de 351 m de large et de 111 m de haut. Les câbles, qui le maintenaient en place, avaient une portée de 417 m, pesaient 50 tonnes et étaient fixés à 800 tonnes de fondations de béton : un travail gigantesque pour une préparation de 28 mois! Cependant, le rideau n’est pas resté longtemps en place car les vents soufflaient trop fort avec des rafales de 100 kilomètres par heure sur cette grande voile. Christo souhaite que ses œuvres soient temporaires car pour lui cela donne plus d’énergie aux projets et intensifie nos réactions

Running Fence en Californie. 1976

clip_image006

Christo, Running Fence en Californie. 1976

La « Barrière qui court » évoquant la muraille de Chine se dresse le jour même de la mort du Grand Timonier. Le 10 septembre 1976, au nord de San Francisco, dans les comtés de Sonoma et de Marin, les Christo font serpenter sur près de 40 km un ruban de toile de nylon blanche de 200 000 mètres carrés. Ce projet fait penser à la grande muraille de Chine et c’est un hasard que cela coïncide avec le jour de la mort de Mao Zedong: ce qui a involontairement accru l’impact de l’œuvre. L’œuvre fait 5,5 m de haut et 39,5 km de long. Ce mur resta en place 14 jours et aucune trace du projet n’est restée sur le sol comme pour les autres sculptures des Christo. Cette barrière artificielle reliant la terre à la mer et au ciel est comme une métaphore du caractère arbitraire des frontières politiques et géopolitiques.

Surrounded Islands (1980-1983)

Les îles de la baie de Biscayne à Miami sont encerclées d’une ceinture en polypropylène rose fuchsia pour deux semaines en mai 1983.

clip_image008

Christo, Surrounded Islands, 1983

 

Elle est pour certains l’œuvre la plus spectaculaire des Christo. Ici les Christo entreprennent de border de toile 11 îlots artificiels qui servent surtout de décharges à ordures (40 tonnes de déchets ont été retirés aux frais des artistes avant l’installation du projet). Les préparatifs sont longs et demandent comme toujours de multiples dessins, collages et photographies ainsi que la mise au point d’un dossier de présentation et la tenue de nombreuses réunions avec les autorités locales. À partir d’avril 1981, une équipe d’avocats, d’ingénieurs de la marine, un entrepreneur, un spécialiste de la biologie marine, un ornithologue et un expert en mammifères se mettent au travail d’arrache pied.
La mise en place de ce tissu rose permet de changer radicalement le paysage et même de l’améliorer. Cette couleur rose n’est pas choisie par accident elle évoque la crème glacée et peut même être la couleur représentative de la région pour certains : couleur du loisir, du soleil, de l’insouciance ; couleur de l’artifice et de l’euphorie, elle met en place aussi une marque d’humour et d’affection.
Les 11 îles ont été entourées de 60 hectares de tissu, découpé selon 79 patrons pour suivre les contours des îles et ce travail a été exécuté dans une usine louée pour l’occasion de novembre 1982 à avril 1983. Cette œuvre a eu un fort impact dans le monde de l’art mais aussi au niveau touristique.

Emballage du Pont Neuf (du 22 septembre au 7 octobre 1985)

Le Pont Neuf de Paris, le plus vieux des ponts de la capitale française, est emballé dans un polyester ocre-jaune.

clip_image010

Christo, Pont Neuf emballé en 1985

Ce pont est le plus vieux de Paris et aucun autre pont n’est autant chargé d’importance historique et culturelle. De nombreux artistes célèbres l’ont peint comme Turner, Renoir, Picasso entre autres. Quand Christo proposa d’emballer le pont, une forte controverse s’installe. Pour certains, cela l’abîmerait, blesserait les passants ou même désacraliserait ce témoin du passé. Obtenir les autorisations représente un combat acharné pour Christo et Jeanne-Claude pendant plus de 10 ans. Quand enfin le projet se réalise c’est un énorme succès . Et ce pont pouvait aussi symboliser son propre passage du monde communiste au monde libre pour finir à Paris, son premier lieu de création artistique.
Le projet représente 40 876 mètres carrés de toile de polyamide dorée et le toile est retenue par 13 076 m de corde et plus de 12 t de chaînes d’acier. Empaqueté, ce pont perd toute son histoire et son ancienneté pour devenir une architecture moderne et presque aérodynamique.

Une étude préparatoire est visible au Musée d’art de Toulon : The Pont Neuf Wrapped, 1980, photographie, tissu et dessin collés sur papier marouflé sur bois, 86 × 72 cm.

Parasol Bridge – 1984-1991

Les artistes créent un pont symbolique entre l’Est et l’Ouest, des deux côtés du littoral pacifique.

clip_image011clip_image013clip_image015

Christo, Parasol Bridge -1991

 

En octobre 1991, Christo et Jeanne-Claude font planter 1.340 parasols bleus à Ibaraki, au Japon et 1.760 jaunes en Californie. Ils ont 6 m de haut pour 8,66 m de diamètre et resteront dans les paysages pendant 18 jours.

Emballage du Reichstag (23 juin au 7 juillet 1995)

Le Reichstag de Berlin, palais où siège l’actuel Bundestag (Parlement allemand), est emballé dans un tissu argenté de 2,5 millimètres d’épaisseur. Helmut Kohl a crié au scandale: « C’est une atteinte à la dignité du puissant symbole de l’histoire du pays ».

ChristoJeanClaude_01

Christo, Emballage du Reichstag, 1995

Cinq millions de personnes se sont déplacées pour admirer l’œuvre.
Il a fallu 100 000 mètres carrés de polypropylène, recouvert par une couche d’aluminium, et 15 km de corde bleue déployée par 90 alpinistes. Le travail a commencé le
17 juin 1995 et s’est terminé le 24 juin.
C’est en 1971 que Christo esquisse ses premiers dessins du Reichstag emballé. Mais le projet concernant ce monument chargé de souvenirs douloureux (incendié à l’instigation des nazis en1933) sera freiné, notamment par le chancelier Helmut Kohl.

Voir l’analyse poussée de cette œuvre ici. (en cours, sera mise en ligne pour correction quand mes élèves auront fini leurs propres recherches )

1998 Verhüllte Bäume (arbres enveloppés)

clip_image017

Christo, arbres enveloppés, 1998

Christo et Jeanne-Claude ont enveloppé 178 arbres dans le parc Berower / Fondation Beyeler à Bâle, entre le 13 Novembre et le 14 Décembre 1998. Pour envelopper les arbres, le couple utilise 55 000 m² de tissu polyester brillant gris argenté. Un modèle a dû être fait pour chaque arbre, les arbres variaient en hauteur de 2 à 25 mètres et en largeur de 1 à près de 15 mètres. Le promeneur ne pourra qu’être marqué par le nouvel aspect imposant et monumental des arbres. Il peut aussi être interpelé par le fait d’empaqueter la nature, un acte qui est proche de l’étouffement. Serait-ce un cri écologique ? Rappelons aussi la symbolique de l’arbre reliant la terre aux cieux… Alors, étouffer ou protéger ?

« The Gates » 2005

The Gates (2004-2005) a été présenté durant seize jours du 12 au 28 février 2005.

clip_image018

C’est un parcours de 37 kilomètres à travers Central Park à New York, ponctué de 7 500 portiques, hauts d’environ cinq mètres, placés à 4 mètres d’intervalle et tendus d’un rideau de tissu vinyle de couleur orange-safran.

Projets

  • · Au-dessus de la rivière Arkansas » dans le Colorado. Le projet consiste à suspendre une toile de 10 km au-dessus du lit de la rivière, en suivant la forme du cours d’eau. Le projet de la rivière Arkansas, sur 62 km, est prévu pour août 2013 afin de coïncider avec le moment où des milliers de rafteurs la parcoureront. Quatre tests « grandeur nature » ont déjà été réalisés dans un lieu tenu secret.

clip_image020 clip_image022

clip_image023

clip_image025

  • · Un mastaba aux Émirats arabes unis composée d’une pyramide de barils de pétrole.

clip_image026

En résumé :

Les Christo interviennent sur le paysage naturel ou construit. Ils se revendiquent d’une démarche à la fois esthétique et engagée.

L’envergure de leurs projets montre un aspect logistique et relationnel qui s’éloigne de la démarche du peintre confronté à sa toile dans son atelier.

Ils amènent l’art au public, dédaignant les musées et les lieux d’exposition plus attendus.

Leurs installations éphémères soulignent ou ponctuent le paysage de manière à inciter un nouveau regard du spectateur sur son environnement.

Le geste d’emballer, empaqueter n’est pas anodin, vous trouverez dans le billet de l’analyse de l’emballage du Reichstag de plus amples explications.

Les articles en lien :

S. Ladic

Des livres en français :

 

    

Envoyez cet article à vos amis. Partagez !

15 Responses »

  1. Pingback: Artistes | Pearltrees

  2. Pingback: Le Land Art, un partenariat entre l'art et le paysage

  3. Pingback: Analyse d'oeuvre : L'emballage du Reichstag par Christo

  4. Pingback: Histoire des arts | Pearltrees

  5. c’est vraiment impressionnant!!! je trouve ça vraiment génial c’est trop magnifique, Wahoo!!! au niveau artistique et Historique tu donnes plus d’énergie aux projets et tu rends intensif nos réactions!!!.a

  6. Pingback: Le nouveau réalisme | Pearltrees

  7. Merci beaucoup pour ces analyses! J’avais choisi Surrounded Islands pour mon brevet d’histoire des arts et je n’avais pas d’inspiration… Mais j’ai une question: lors de mes recherches, j’ai trouvé que cette œuvre se situait dans un concept nommé « installation », et je n’en avais jamais entendu parler… Pourriez-vous m’en dire plus, s’il vous plaît?
    Merci pour ces articles!

    • Dans l’Art contemporain, le mot « installation » désigne des oeuvres conçues pour un lieu donné, ou adaptées à ce lieu. Ses divers éléments constituent un environnement qui sollicite la participation du spectateur..
      Référence historique , voir : Beuys,Boltanski, Buren, De Maria, General Idea, Pistoletto, Viola,etc… « Réserve« de christian Boltanski. Voir aussi le dossier du Frac centre sur les installations : ici et la définition de wikipedia : ici

  8. Pingback: Friedensreich Hundertwasser, artiste écologiste engagé

  9. Pingback: Christo et Jeanne Claude | Pearltrees

  10. Pingback: Land Art : « Mur de barils de pétrole  (le Rideau de Fer), Christo, 1962 | «Histoire de l'Art

  11. Pingback: Une installation qu'est-ce que c'est ?

  12. Pingback: CHRISTO | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *