Analyse de « Persepolis » de Marjane Satrapi

Analyse de « Persepolis » de Marjane Satrapi
Analyse de « Persepolis » de Marjane Satrapi

Cette œuvre est riche et peut être abordée en histoire des arts pour des questions autour de l’autobiographie, l’autoportrait, la mémoire, l’histoire. Par exemple : comment l’art permet-il de se raconter ? Comment se met-il au service de la mémoire ? De l’histoire ? Comment une oeuvre peut-elle faire preuve d’engagement ? Elle permet de traiter de l’identité de la diversité, de la période charnière qu’est l’adolescence, ici en réponse à la politique et aux différents changements au gouvernement iranien de l’époque, aux règles…

 

Présentation de l’oeuvre :

Persépolis est une œuvre autobiographique, de Marjane Satrapi au style graphique et narratif très personnel. Publiée aux éditions L’Association entre 2000 et 2003, la bande dessinée a donné lieu à la production d’un long métrage d’animation, Persepolis, réalisé par Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud et sorti en France en 2007.

Titre de l’œuvre : Persépolis
Nature/genre de L’œuvre : Bande-dessinée
Artiste : Marjane Satrapi (1968-  )
Date de création : 2000

persepolis-planche

Catégorie

Domaine : Arts du visuel

Thématiques possibles :

• Arts, créations, cultures
• Arts, Etats et pouvoir

• Arts, rupture et continuité

 

Repérage chronologique

Quelques dates sur l’histoire des droits de la femme :
– 1924 : les programmes scolaires deviennent identiques filles/ garçons
– 1944 : les femmes sont éligibles et électrices
– 1965 : les femmes peuvent avoir un compte bancaire à leur nom et exercer un métier sans l’accord de leur mari
– 1967 : droit à la contraception
– 1975 : Loi Veil sur la contraception, tous les établissements publics doivent être mixtes
– 1980 : loi sur le viol
Quelques dates sur l’histoire d’Iran :
– 1953 : coup d’état du Shah, il prend le pouvoir
– 1979 : prise de pouvoir par l’Ayatollah Khomeiny
– 1980 : l’Irak de Saddam Hussein envahit l’Iran
– 1989 : mort de Khomeiny, fin de la guerre
– 2005 : élection comme président de Mahmoud Ahmadinejad, maire ultra-conservateur de Téhéran

Vie de l’artiste

Marjane Satrapi est née en 1969 à Téhéran dans une famille aisée, cultivée et libérale. Elle a vécu les bouleversements politiques des dernières décennies en Iran : fin du régime du Shah, révolution islamique, guerre Iran-Irak. En 1992, elle part en France, poursuit ses études à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Elle devient une auteure de bande dessinée à succès. Elle est notamment l’auteur de Persépolis, Broderies (2003) et Poulet aux prunes (2004).
Marjane a dix ans lorsque la révolution éclate, elle habite Téhéran avec ses parents. Elle voit la chute du Shah et l’arrivée au pouvoir des islamistes. A quatorze ans, ses parents l’envoient, pour la protéger au lycée français de Vienne. Elle retourne en Iran finir ses études supérieures puis part s’installer à Strasbourg puis à Paris où elle vit encore. Elle a adapté Persépolis au cinéma en 2007 et Poulet aux prunes en 2011.

Contexte historique de création 

cadre géographique ? Evènements marquants ? Eléments d’inspiration.

La bande dessinée représente les événements dans l’imaginaire de l’enfant qu’est Marjane, avec notamment, la représentation des différents régimes politiques, celui du Chah et de la Révolution Islamiste, ainsi que la figuration de la violence et de la mort.
L’auteure dessine en France de nos jours, mais son travail s’inspire de son passé en Iran et tourne souvent autour des figures féminines qui l’ont aidées à se construire (mère et grand-mère). Marjane Satrapi avoue aussi avoir pour source d’inspiration Art Spiegelman auteur de Maus, que nous aborderons dans un futur article.

téléchargement

Description de l’œuvre

La Bande Dessinée Persépolis traite de l’histoire intime de Marjane Satrapi dont la vie va être dirigée par les changements politiques en Iran. C’est l’itinéraire d’une femme iranienne, de son enfance à l’âge adulte, face aux vicissitudes d’un Iran, en mutation, passant d’un régime autoritaire à un autre. La vie de Marjane bascule le jour de la «Révolution Islamique» de 1979. Elle rencontre, dès lors, la guerre, la peur, le sort réservé aux femmes sous le régime des Mollahs, l’exil en Europe, la perte de repères et l’isolement au moment crucial où elle passe de l’enfance à l’âge adulte. Sa narration, rythmée par les différentes «métamorphoses» de l’être, se présente en plusieurs tomes, quatre au total, dont les épisodes correspondent aux différentes périodes de sa vie, mais également aux allers retours entre son pays natal et l’Europe.

 

Le dessin est noir et blanc, il est épuré et laisse la place à un texte fourni (paroles et commentaires de la narratrice). La langue est riche et mélange les tons et les registres : ceci est le signe de la richesse de l’éducation donnée à la fillette.

persepolis-1

Vignette 16 (illustration ci-dessus ou sur planche principale) : Le père, la mère et Marjane sont représentés dans cette vignette, ils sont dessinés en plan rapproché. Le fond est blanc, uni : même s’il s’agit d’un désaccord entre les femmes et l’homme, il ne s’agit pas d’une dispute ici. On remarque qu’il y a une circularité dans les regards : Marjane regarde sa mère, elle attend d’elle qu’elle persuade le père, la mère regarde son mari, elle cherche le contact visuel pour lui prouver sa force, le regard du père descend sur sa fille, car ce sont ses peurs qui le font hésiter, pas ses convictions politiques. Ce cercle du regard illustre le lien fort qu’il existe dans cette famille. Le plan rapproché crée l’impression de l’intimité dans laquelle est invité le lecteur.

persepolis-vignette2

Vignette 17 (illustration ci-dessus) : C’est un gros plan sur la mère : elle est parfaitement au milieu de la vignette, son visage est partagé en deux, une partie blanche et l’autre noire, son poing est levé. Elle parle de sa fille, mais cette dernière semble être un prétexte. Elle n’a que dix ans et pourtant sa mère dit « en tant que femme ». Elle semble transcendée par son engagement. D’ailleurs cette vignette pourrait être considérée comme un portrait. La mère est vue de face, elle regarde le lecteur droit dans les yeux, c’est sûrement à lui qu’elle s’adresse. On remarque d’ailleurs que la cartouche n’est plus en haut mais en bas de la vignette, comme une légende de carte ou un titre de tableau ; « ma mère avait changé », dans cette vignette la mère n’est plus seulement la protection, la nourricière mais celle qui instruit à l’engagement politique, qui s’érige en figure de la lutte des femmes. Ce combat est souligné par les deux parties du visage de la mère, une face à la vue de tous, une face cachée celle du côté du poing qui lui est déjà dans la lumière.

persepolis-3

Vignette 18 (illustration ci-dessus) : L’image est ici saturée. La fillette est un point blanc parmi les ombres noires des femmes. Elle sourit alors que tous les visages autour d’elle sont mécontents (sourcils froncés, bouches béantes qui crient). Marjane représente une certaine innocence. Elle est heureuse d’être à la manifestation, d’aider (distribution de tracts) mais ne comprend peut-être pas encore ce qui est en jeu alors même qu’elle est entourée des cris des femmes qui viennent de toutes parts (forme de la bulle, comme une explosion, majuscules et point d’exclamation).

persepolis-4

Vignette 19 (illustration ci-dessus) : La vignette est rectangulaire, cette forme permet de représenter la vague des assaillants, une vague noire (habits, barbes) qui s’abat sur les manifestants. Cette masse est bien sûr violente, elle est tâchée du blanc des battes de base-ball, et de celui des profils pointus des intégristes. Le mouvement se dirige vers la partie droite de l’image, vers le blanc, la lumière, le salut. Le slogan « Le fichu ou la raclée » plane en haut et au centre de l’image. On remarque que par rapport à celui des femmes dans la vignette précédente,  il semble plus puissant et surtout on arrive mieux à déterminer d’où il provient (flèches plus importantes dirigées vers les hommes), comme pour montrer la supériorité de l’organisation des intégristes. Enfin on peut voir cette masse comme un rouleau compresseur qui écrase la révolte et uniformise tout sur son passage.

 

La qualité autobiographique de la Bande Dessinée repose sur un discours narratif concis, précis, des phylactères ramassés, un langage incisif, direct, souvent familier, pétri d’autodérision. Le dessin est d’une grande pureté, simple, en noir et blanc. Les décors sont à peine esquissés car tout repose sur la caractérisation des personnages tant dans les traits de crayon que dans les mots que Satrapi met dans leur bouche.

L’adaptation reprend la trame générale de la BD et le trait de crayon de Marjane Satrapi. Elle y ajoute un récit cadre, en couleur, une palette de gris pour le retour dans le passé. Elle resserre l’intrigue autour du contexte politico-historique en supprimant les épisodes plus anecdotiques de la Bande Dessinée.

Portée ou influence de l’œuvre

L’adaptation cinématographique de Persépolis a reçu le prix du jury de Cannes en 2007 et l’année suivante les Césars du meilleur film et de la meilleure adaptation.

Rapprochement avec d’autres oeuvres  :

  • 1° Un premier rapprochement peut se faire avec l’adaptation de la bande dessinée au film.

Affiche du film : 

affiche persepolis Marjane Satrapi

 

Synopsis de Persepolis 

L’histoire d’une jeune fille Iranienne, Marjane, pleine de rêves. A huit ans, elle est encore choyée par ses parents et grands-parents, lorsque sa vie bascule suite à l’instauration de la République islamique. C’est le début du temps des « commissaires de la révolution », qui contrôlent tout et notamment les tenues et les comportements. La jeune iranienne doit faire face à ce bouleversement, amplifié par la guerre contre l’Irak. Bombardements, privations et perte de ses proches : dans un contexte de plus en plus pénible, Marjane finit par s’affirmer et à entamer une certaine rébellion. Ses parents choisissent alors de l’envoyer en Europe… Elle y découvrira la solitude, la liberté, l’amour et la différence.

Pour travailler sur l’affiche du film et le film : un document pour profs : http://www.institutfrancais.de/IMG/pdf/Cinefete10_Persepolis.pdf

Extrait du film Persepolis

  • La série de bande dessinée Chat du Rabbin de Joan Sfar a été adaptée au cinéma, colorisée par  Brigitte Findakly. Ce long métrage est sorti en 2011. Elle peut être mise en parallèle. Ce film d’animation est une adaptation des tomes 1, 2 et 5dont le personnage principal est le chat d’un rabbin d’Alger qui acquiert la parole après avoir mangé un perroquet et se met en tête de faire sa bar-mitsva. Le film est réalisé en animation traditionnelle 2D, mais utilise la 3D relief. Il a obtenu le Cristal du long métrage lors du festival d’Annecy 2011.

La bande annonce du film :

Synopsis de « Chat du rabbin »

Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut l’éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d’elle… même à faire sa bar mitsva ! Le rabbin devra enseigner à son chat les rudiments de loi mosaïque ! Une lettre apprend au rabbin que pour garder son poste, il doit se soumettre à une dictée en français. Pour l’aider, son chat commet le sacrilège d’invoquer l’Eternel. Le rabbin réussit mais le chat ne parle plus. On le traite de nouveau comme un animal ordinaire. Son seul ami sera bientôt un peintre russe en quête d’une Jérusalem imaginaire où vivraient des Juifs noirs. Il parvient à convaincre le rabbin, un ancien soldat du Tsar, un chanteur et le chat de faire avec lui la route coloniale… Source : UGC Distribution

Pour plus de détail sur l’oeuvre, voir le site.

  • 3° La série Women of Allah de Shirin Neshat 1994

1993-from-the-series-Women-of-Allah-by-Shirin-Neshat

Shirin Neshat, Women of Allah . 1994

 

Shirin Neshat, serie Women of Allah

Shirin Neshat, Speechless, 1996, impression numérique et encre

 

Shirin Neshat, Women of Allah Series shirin-neshat-women-of-allah

 

Shirin Neshat née le 26 mars 1957 à Qazvin en Iran, est une artiste vidéaste et photographe iranienne qui vit à New York.
Issue d’une famille occidentalisée et aisée, son père l’inscrit dans une école catholique de Téhéran. En comparaison à son foyer familial, elle y trouve l’ambiance froide et hostile . Son père l’a encouragée  « à être une personne, à prendre des risques, à apprendre, à voir le monde. », et contrairement à la pratique conventionnelle de l’époque, il a envoyé ses filles aussi bien que ses fils à l’université pour faire des études supérieures. En 1974, elle quitte l’Iran pour étudier l’art à Los Angeles, San Francisco, puis New York.
En 1990, elle retourne en Iran et découvre le fossé entre l’Iran contemporain et celui d’avant la Révolution.

Women of Allah . 1994 .  est sa première œuvre reconnue
Après son voyage en Iran, au début des années 1990, S. Neshat produit une série photographique de portraits chocs de femmes portant tchador et kalachnikov. Elles sont recouvertes de calligraphie Farsi.

  • 4° « Face 2 Face » 2008, par JR and MarcoJR et  Marco Projet Face 2 FaceLe français JR et le suisse Marco : Projet Face 2 Face, mur de séparation israélo-palestinien 2007“Face 2 Face” est décrite par les artistes comme « la plus grande expo photo illégale jamais créée ». JR et Marco affichent d’immenses portraits d’israéliens et de palestiniens face à face dans huit villes palestiniennes et israéliennes et de part et d’autre de la barrière de sécurité.

Regard sur l’œuvre

Exprimer son ressenti…
Le ressenti est personnel, les élèves peuvent librement s’exprimer dans cette partie, mais doivent toujours justifier leur propos.

Conclusion

Il peut être intéressant de comparer certaines planches de la bande dessinée aux extraits du film qui l’illustre.  Le passage à l’adolescence est traité plus longuement dans la BD : découverte de la contestation, de la cigarette…

On soulignera, que la révolte adolescente prend un tour éminemment politique, non en raison d’une conscience politique exacerbée chez Marjane, mais en raison des circonstances politiques : la Révolution Islamiste qui la pousse très vite à la contestation au nom de son désir d’indépendance, d’émancipation, d’une forme d’inconscience liée à cet âge de la vie : car vivre son adolescence normalement veut dire braver les interdits et cette bravade passe par le refus de certains codes, d’une norme, d’obéissance. Or, le régime taliban est extrêmement normatif, réglementé, fondé sur l’interdit. Il supprime toutes traces d’individualité, de personnalité. Le statut de la femme est même nié. En bravant ces règles, les adolescents s’exposent à des représailles.

Le passage à l’adolescence de Marjane, est ainsi rendu plus difficile par le contexte politique (changements physiques, goûts, comportement plus risqué…)

L’oeuvre autobiographique met en mémoire le tiraillement de Marjane, déchirée entre la culture de son pays d’origine et celle liée a son exil. Elle met en avant les difficultés de grandir dans un contexte politique changeant.

 

Un dossier pour les enseignants : pour plus de détails

Persepolis : une œuvre, trois perspectives de lecture — 3ème Prépapro, CAP et Terminale Bac Pro.

Sources

  • https://teachartwiki.wikispaces.com/Shirin%20Neshat,%20Women%20of%20Allah%20Series
  • https://leadpaperink.wordpress.com/2014/09/15/the-absence-of-portraiture-in-islam/
  • http://hidaclaudemasse.blogspot.fr/2012/11/shirin-neshat-artiste-contemporaine.html

 

(c) Katia Rigo, professeur de français et Sylvia Ladic professeur d’arts plastiques, académie Aix-Marseille

 

Trouver les films  ou lire les bandes dessinées de l’article :

 

            

 

 

 

Envoyez cet article à vos amis. Partagez !

43 Responses »

  1. Pingback: Persepolis | Pearltrees

  2. Pingback: Analyse d'oeuvres | Pearltrees

  3. Pingback: Bande dessinée | Pearltrees

  4. Pingback: Persepolis - HDA | Pearltrees

  5. Pingback: Arts | Pearltrees

  6. Pingback: Lecture d'images, de textes divers | Pearltrees

        • Vous semblez confondre planche et vignettes. Une planche de BD est la page sur laquelle figure un ensemble de vignettes, à ne pas confondre. Les vignettes sont les images encadrées de blanc.

          • vous êtes là Sylvia Ladic ? Parce que vous avez pas répondue à ma question si je pouvais choisir que le film de Persépolis et non la BD pour l’histoire des art.
            Merci de me répondre au plus vite.

          • Bonjour Jojo,
            En effet je me suis absentée durant 2 semaines et je trouve tous vos messages en retour.Pour répondre à votre question, vous pouvez présenter un film en histoire des arts pour le brevet, autant qu’une planche de BD ou un tableau, sculpture….
            Le film est très intéressant. Bon courage et bonne chance.

  7. Pingback: Analyses & Sémiologie... | Pearltrees

  8. Pingback: Persépolis | Pearltrees

  9. Pingback: Marjane Satrapi | Pearltrees

  10. Pingback: Persepolis, de Marjane Satrapi | Pearltrees

  11. Pingback: 3°- DNB- HDA | Pearltrees

  12. Pingback: 3ème - outils pedagogique | Pearltrees

  13. Pingback: Les notions, les mots clés des arts plastiques

  14. Pingback: Cinéma et pédagogie | Pearltrees

  15. Pingback: ARTS | Pearltrees

  16. Pingback: EPI et nouveaux programmes | Pearltrees

  17. Pingback: Identité | Pearltrees

  18. Pingback: Orient / Occident | Pearltrees

  19. Pingback: Analyse de bande dessinée | Pearltrees

  20. Pingback: Foxinthesnow | Pearltrees

  21. Pingback: Femmes | Pearltrees

  22. Pingback: Bande-dessinées - Mangas | Pearltrees

  23. Pingback: Vemoly | Pearltrees

  24. Pingback: Persepolis | Pearltrees

  25. Pingback: 3e - lshg | Pearltrees

  26. Pingback: Bande-dessinée - Manga | Pearltrees

  27. Pingback: BD (M-Z) | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *